AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Bryan O'Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Bryan O'Connor Sam 16 Nov - 0:23



Nationalité : Canadienne

Nom : O’Connor

Prénom : Bryan

Date et lieu de naissance : 28 septembre 1979; Canada, Québec, Gatineau

Taille : 1m80

Poids : 170 lbs

Description physique : Bryan mesure 1m80 pour un poids de 170 lbs. On remarque donc au premier coup d’œil qu’il n’a pas de poids à perdre, mais il n’est pas un homme à la musculature impressionnante non plus. Sa musculature est ferme et endurante grâce aux arts martiaux, mais il est loin d’accomplir des prodiges de forces pour autant. De manière générale, Bryan est un homme ordinaire, qui n’a pas grand-chose de remarquable. Cela fait de lui une personne de choix pour se fondre dans la masse et ne pas se faire remarquer.

Plus précisément, il a des yeux pers et des cheveux châtains coupé court. Son regard est pénétrant et constamment en mouvement; à la fois analyste et calculateur. Ses mains sont soit en mouvement ou tienne un objet quelconque pour se garder occupées. Sa posture est droite est confiante, sa démarche martiale et souple, ses gestes fluides et précis. Si régulièrement on le trouve nonchalant quand on le regard, il n’en reste pas moins alerte et à l’affût de son environnement. Sa voix est neutre, mais elle porte même sans effort et est autoritaire.

Caractères discriminants :
- Tatouage d’une femme casquée sur l’omoplate droit (Tatouage dessiner par sa femme).
- Tatouage signifiant Yoseikan Budo en caractère japonais juste en haut des omoplates de la gauche vers la droite.
- Cicatrice de morsure sur l’avant-bras gauche.

Profil physique : Dans sa vie civil, Bryan s’habille de jeans et de chandail à manche courte des plus banal ou de joggings et de chandail d’entraînement pour sa course et sa musculation. En fait, il est le genre d’homme à n’avoir que chandail et 4 paires de pantalon … bref, un style vestimentaire très prévisible.

Quant il fait des entraînements de recherche et sauvetage avec sa chienne, il a sa tenue de maître-chien classique soit : pantalon de travail, chandail + veste a plusieurs poche, avec par-dessus une veste bleu brodé de son groupe sanguin et son nom. Son équipement de recherche et sauvetage est dans un sac de sport ou son sac d’alpinisme ou dans ses vestes de travail.

Pour le travail, il porte en général des pantalons de travail cargo, une chemise propre et son équipement de policier-enquêteur. En situation formelle (témoignage au tribunal/interrogatoire au poste/rencontre de victime/etc.), il porte une cravate et un veston en plus. Quand il doit aller sur terrain, il troque la cravate et le veston pour un manteau de style ‘trench-coat’ qui entre effectivement dans le cliché de l’enquêteur qu’on voit tout le temps à la télévision. Pour les opérations à risques, il opte plutôt pour une veste pare-balle par soucie de protection.

Profil psychologique : Dur de décrire le jeune homme. Gentil? Non. Méchant? Non. Des termes trop simples sûrement pour décrire une personne pleine et entière qui a su briser les illusions, l’innocence et les entraves de la vie en société. Ce jeune homme rebelle et anticonformiste est pourtant très respectueux des coutumes et des traditions. Discipline, volonté et recherche du perfectionnement de soi par le cheminement intérieur sont les grandes marques de commerce de Bryan. Pour progresser, il faut apprendre à cultiver ce que l’être humain contient, car hormis cela, il n’est qu’un ensemble mécanique. L’apogée de son être est l’accomplissement spirituel d’une vie.

La vie est aussi un terme signifiant la souffrance. Enfin, c’est ainsi pour Bryan. S’apitoyer sur soi ne mène nulle part et craindre la douleur rend l’évolution impossible. Désabusé et ne faisant pas dans la dentelle, Bryan apparaît souvent comme un être froid et cynique aux gens, ce qui n’est pas non plus tellement faux. Le jeune homme va en effet droit au but et juge que ceux qui sont trop faibles pour affronter la réalité en face ne peuvent pas avancer dans la vie. Avoir sa protection est autant une bénédiction qu’une malédiction. Comme il ne fait pas les choses à moitié, quand il décide de s’interposer ou de prendre une cause à cœur, il tient son bout jusqu’à la fin. Il est cependant très exigeant envers ceux qui profitent de sa protection et peut rapidement devenir le bourreau qu’il a fait fuir à dose de vérité trop clairement exposée à la personne.

Cela dit, Bryan a un honneur et un sens du devoir indiscutable. Philosophe et réfléchi; il vit selon des principes et un code personnel très strict et très bien établi, dont il ne se détourne pas ou presque. Sa nature plus ‘humaine’ n’est ni cachée ni dissimulée, mais elle est présente dans chacune de ses décisions malgré ce qui peut paraître être bien différent. D’un autre côté, la vision des choses de Bryan demande d’accepter la remise en question de bien des choses, qui souvent apporte un lot de peur et d’incertitude.

Le résultat est donc qu’il faut côtoyer le jeune homme pour vraiment s’en faire une idée.

Domaine de compétence : Enquête, Psychologie, Criminologie, Loi Criminelle Canadienne, Art martiaux, Tir au pistolet, Contact Canidé/Félin (Interprétation du langage corporelle + apaisement et communication simple + recherche et sauvetage à l’aide d’un chien formé), Conduite d’urgence, Premier soins (Opérationnel militaire + Premier répondant policier).

Langues parlées :
- Anglais et Français couramment et sans accent. Il est parfaitement bilingue, ce qui est vraisemblablement lié aux origines de sa famille qui est anglaise du côté maternel et française du côté paternel.
- Latin apprit durant ses études par intérêt personnel. Il s’agit d’une langue morte qu’il ne peut parler, mais qu’il sait lire et écrire. Il maintient la connaissance de cette langue à jour et possède les manuels nécessaires en référence au besoin.
- Quelques brides de japonais appris par curiosité suite à son apprentissage des arts martiaux. Insuffisant pour faire la conversation et accent très prononcé, pratiquement inutile de spécifié cette connaissance en fait.

Statut souhaité : Agent Interne

Biographie :
Naissance et famille

C’est un 28 septembre 1980 que Bryan voit la lumière pour une première fois. Premier fils d’un père travailleur autonome et d’une mère responsable des ressources humaines d’une entreprise de moyenne importance. Rien de bien extraordinaire, des parents de classe moyenne des plus banaux. Cela n’empêcha pas que trois enfants suivirent ensuite; respectivement un frère, une sœur et un frère. Tout au long de sa vie et encore aujourd’hui, Bryan a entretenu et entretient des relations tendus et précaire avec ses frères et sa sœur. Si pour lui son père est son plus grand héro, sa mère et lui sont en guerre ouverte et de manière très visible. Il comprend même difficilement pourquoi son père parvient à la supporter, mais bon, ce doit être sa vision qui n’est pas objective. On peut donc conclure de sa situation familiale actuelle qu’il n’a pas coupé les ponts avec eux, mais qu’il ne les voit pas souvent pour autant.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - Son père est toujours travailleur autonome à l’heure actuelle et sa mère est maintenant agente administrative pour le gouvernement.

    - Son frère le plus vieux a 31 ans et démontre une santé d’une précarité accablante. Ce dernier tente de percer dans l’écriture et la littérature.

    - Sa sœur est quant à elle âgée de 28 ans et est dans un retour aux études en droit des affaires internationales.

    - Son dernier frère, quant à lui âgé de 24 ans, suit les traces de son grand frère pour devenir policier. Ce dernier pourrait, s’il se révèle de la trempe de son grand frère, être une recrue intéressante pour nos services.

    - Son manque d’attachement familial est une chose positive pour l’Initiative, car moins de risque qu’il refuse des missions pour sa famille ou que ses performances soient affectées par cette dernière. Cela néanmoins lui donne une personnalité moins stable et qui devra être surveillé pour ne pas qu’un dérapage se produise.



Enfance

Rien n’est vraiment remarquable dans l’enfance de Bryan. Ce qui ressort de son enfance, c’est le changement de nature brusque qui s’est produit chez lui. Au tout début de son parcours scolaire, Bryan était un enfant rêvé pour tous les professeurs et responsables scolaires qui avaient affaire à lui. Enfant docile, discret, curieux, obéissant et sans histoire, on pouvait même l’oublier par moment tellement il était e genre d’enfant que tout professeur souhaitait dans sa classe. Néanmoins, alors qu’il atteignit les 8 ou 9 ans, il se transforma en orage de violence et d’impulsivité. Ce fut expliquer par le trop plein qu’avait accumulé Bryan à l’école et dans sa famille. Son père souvent absent, sa mère qui démontrait une tyrannie à la maison et ses frères qui l’obligeait à devenir autonome avant l’âge … mélangé à sa situation de souffre-douleur à l’école … ont fit rapidement le calcul pour arrivé à la conclusion que cette accumulation malsaine est à l’origine de la tempête qui s’est manifester à ce moment.

Ainsi donc, Bryan est passé de la victime passive à celui qui rendait coup pour coup et qui se portait à la défense des faibles et des opprimés. Cela quand il ne perdait pas le contrôle de sa rage et qu’il ne vivait pas ses fameux ‘black out’ durant lesquels il oubliait ce qu’il avait fait tellement la rage l’avait consumé durant ce moment. C’est ce qui apporta des professionnels à prendre en charge son dossier, ce qui fit une petite différence après quelques années. Il en vint à prendre de la confiance en lui et de l’assurance; il tissa même quelques amitiés durables pendant ce temps. On sait néanmoins que, dès cet instant, il se brisa quelque chose en lui qui rendit son intégration à la société chaotique, difficile, voir souvent impossible. Il se réfugia donc dans la lecture, l’apprentissage et le développement de son aspect cognitif.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - C’est probablement cette période qui a fait de lui le genre d’homme qu’il est aujourd’hui. Intègre, honnête, droit et toujours là pour ceux qui ont besoin de lui. Cultivé et très curieux. C’est un élément très intéressant pour cette facette de sa personnalité : Il veut tout comprendre et ne dort pas tant qu’il ne comprend une chose ou le déroulement d’un évènement.

    - C’est aussi cette période qui a dû lui donner son caractère anticonformiste et ses difficultés en société. Bien qu’aujourd’hui il a énormément évolué, l’élément O’Connor devra être encadré et surveillé pour ne pas que cette personnalité de lui ressurgisse de nouveau.

    - On comprend aussi mieux sa dévotion envers les bafoués et les négligés, ainsi que l’énergie qu’il met à protéger et servir ceux qui ont réellement besoin d’être protéger et servit. Sa volonté de devenir policier est clairement reliée à ses droits bafoués durant son enfance.



Art martiaux

Comme Bryan est subitement devenu violent et impulsif, ses parents l’ont inscrit à des cours d’arts martiaux pour le discipliner et le calmé. Au départ, il y allait de force et ses parents ont dû l‘obliger à y aller en employant les manières fortes. Avec le temps par contre, Bryan et prit goût et se découvrit un grand talent dans les arts martiaux, ce qui fut un aide incroyable à son estime de lui-même. À partir de ce moment, il se plongea dans l’étude, l’apprentissage et le perfectionnement de son art martial corps et âmes. Il commença même les compétitions, alors âgée de 10 ou 11 ans. Il se tailla rapidement une réputation de ‘gentleman’ que les sensei et arbitre apprécièrent grandement. Il n’était pas là pour gagner à tout prix. Il combattait de manière fair-play et s’ajustait à son adversaire si ce dernier se blessait ou démontrait des signes de fatigue, alors que la majorité profitait de l’avantage gagné pour remporter la victoire haut la main.

Depuis ses 8 ans, Bryan pratique donc le Yoseikan Budo. Pour résumer rapidement cette art martial, on peut dire qu’elle contient toutes les autres arts martiales japonaises du temps des samouraïs et donc qu’un élève du Yoseikan Budo peut se faire passer pour un élève de n’importe quelle de ses autres arts martiales. Cela dit, Bryan c’est surtout spécialisé en Aikijutsu et en Jujutsu; soit en contrôle articulaire, en projection et immobilisation au sol; en défense à main nues et en points de pression. Ce qui plus tard l’aida énormément pour ses études de policier. Il a tellement pratiqué que maintenant, une partie de ce qu’il a apprit sont rendu des réflexes pour lui et il lui arrive de réagir plus vite qu’il ne peut réaliser les actions qu’il pose.

Aujourd’hui Bryan a ses 2 premièrs Dan en Yoseikan Budo. Il continue de maintenir son niveau moyen au stade nécessaire pour prétendre à ses 2 Dan, mais il a gardé sa spécialisation en Akijutsu et en Jujutsu. Il ne fait plus de compétition puisqu’il manque de temps, mais c’est une chose qui lui manque beaucoup. De façon complémentaire au Yoseikan Budo, il a suivit le stage de désarmement d’arme à feu et d’arme blanche que son sensei donnait, ce dernier gagnant sa vie dans la formation de corps policier et de garde du corps. Encore aujourd’hui, il pratique ce qu’il a apprit durant ce stage, espérant ainsi ne jamais être prit au dépourvu la journée où il aura besoin de désarmer quelqu’un.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - Grâce aux efforts qu’il a faits dans les arts martiaux, l’élément O’Connor est aujourd’hui discipliné, concentré, conscient de ses limites et de ses capacités et capable de se défendre même désarmé.

    - Les arts martiaux ont fait en sorte que l’endurance de l’élément O’Connor sont développé et comme il maintient son entraînement, il garde l’endurance propre aux arts martiaux. Il a par contre une faible masse musculaire qui résulte en une faible puissance brute. Il compense ce fait par une souplesse, une rapidité, une précision et une technique des plus affûtés.

    - Bien que tous ne soit pas d’accord, certains enquêteurs lors de la mise en place de la biographie de l’élément O’Connor ont qualifié ce dernier de ‘trop confiant en ses habilités’. Pour le moment, aucune mesure n’est jugé nécessaire, mais une surveillance accrue sera de mise si des risques inutiles sont pris par abus de confiance.


Adolescence

L’adolescence de Bryan est similaire à son enfance. Au début de son adolescence, il était confiant en lui-même et avait une certaine docilité. Il était obéissant envers l’autorité et discret dans ce qu’il faisait. Il se retrouva rapidement à nouveau dans le rôle du bouc émissaire par contre et comme durant son enfance, une accumulation eut le dessus sur lui, obligeant l’intervention de professionnel de nouveau dans son dossier. Cette descente aux enfers fut un peu moins désastreuse que la précédente, puisque les arts martiaux lui permirent de s’accrocher à quelque chose. Son épisode de violence et d’impulsivité fut rapidement encadré et restreint de manière à couper court à la source et ne pas laisser la situation dégénérer autant que lors de son enfance.

Il ne développa malheureusement pas de meilleure relation familiale, continuant de voir son père comme le plus grand modèle et l’homme qu’il aspirait à devenir, mais se retranchant encore plus contre sa mère. Quant à ses frères et sœur … les choses se compliquèrent. L’état de santé lamentable de son frère le plus vieux et l’attitude de ce dernier fit qu’ils perdirent pratiquement tout leur lien. Son frère le plus jeune et lui se rapprochèrent énormément, puisque ce frère le prit en exemple et voulut prendre le même parcours que lui. Quant à sa sœur … c’est là que les choses se compliquent. Il est prêt de sa sœur et s’entend très bien avec elle, mais son mari étant un mari violent et trempant des affaires louches, Bryan ne peut supporter sa présence. Et, comme tout bon mari dominant, il est toujours avec sa femme et donc Bryan peut voir très peu sa sœur, puisqu’un conflit éclate inévitablement avec son beau-frère … beau-frère que Bryan rêve de mettre derrière les barreaux et voir expulsé de la famille.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - Il est possible que le beau-frère de l’élément O’Connor soit problématique. La haine qu’il engendre chez lui pourrait le distraire s’il avait une chance de prendre des actions contre ce beau-frère si détesté. Autorisation de recherche supplémentaire sur le beau-frère fortement suggéré au bureau supérieur.

    - Cette tranche de biographie confirme le risque de récidive d’épisode de violence et d’impulsivité. Surveillance nécessaire pour détecter et encadré tout début de crise de l’élément O’Connor.


Formation de policier + Entraînement militaire

Lorsqu’il arriva à ses 18 ans, Bryan décida qu’il avait envie de faire un métier où il pourrait corriger les injustices dont il avait été victime durant son enfance et son adolescence. Et donc, il se lança dans la formation de policier. Sans problème, il remplit les normes académiques pour être admis dans la formation. La Gendarmerie Royale du Canada accepta donc le candidat qu’il était et lui offrit la formation nécessaire pour devenir policier. Cour légaux, cours de psychologie, cours de communication, cours d’intervention, maniement de pistolet, maîtrise d’individu violent, mise de menottes, conduite d’urgence … Bryan du réussir une batterie de cours pour avoir le droit d’appliquer comme policier par la suite. Néanmoins, un des cours était un cours d’Habileté Physique … soit un cours avec des tests musculaires et des tests de courses. Bryan échoua la première fois qu’il passa le test. Il prit donc une année complète pour s’entraîner avant de reprendre les examens et tenter sa chance une deuxième fois. Deuxième échec. Il prit de nouveau une année pour s’entraîner, mais cette fois changea son mode d’entraînement qui porta ses fruits. Lors de son troisième essaie, il réussit enfin les examens et pu recevoir son diplôme de gendarmerie.

Bon, il du travailler quand même durant les deux années d’entraînement qui lui ont été nécessaire pour obtenir son diplôme. Durant la première des deux années, Bryan s’engagea dans les Forces Armées Canadiennes de Réserve. C'est-à-dire qu’il était dans la force de Réserve à temps partielles et donc qu’il était libre de quitter quand il voulait, ne pouvait être déployé sans avoir donné son accord et qu’il serait parmi les premières personnes à être conscrit en cas de Guerre Mondiale ou de catastrophe naturelle frappant le pays. Comme il s’engagea dans le 12e Régiment Blindé, il fut formé en temps que soldat de reconnaissance blindée. Il eut donc sa première formation qui visait à faire passer les candidats de la vie civile à la vie militaire. Il eut ensuite sa formation de soldat où il apprit entre autre les rudiments de la vie sur le champ de bataille, le maniement de la C7 (fusil d’assaut), le maniement de la C6 (mitrailleuse), le maniement de la C9 (mitrailleuse légère), les ‘drills’ de combat, la marche cadencée, les premiers soins sur le front et l’établissement d’une position défensive. Il eut après deux formations de reconnaissance blindée pour apprendre à conduire des véhicules blindées, faire de la reconnaissance, naviguer avec le strict minimum et les déplacements de patrouilles blindées. Au total, il resta dans la Réserve 1 année complète. Il se rendit compte qu’il devrait aller dans les Forces Armées Canadiennes Régulières … soit signé un contrat de soldat à temps plein soumis au déploiement en mission contre son gré. Il remit donc sa démission et quitta l’armée, sachant qu’il n’aurait aucune motivation dans la Réserve, mais incapable de demandé un transfert pour la Régulière.

Il dût donc se trouver un travail pour la deuxième années d’entraînement qu’il s’imposa. Une opportunité s’ouvrit à lui et il l’a saisit. La SPA : La Société Protectrice des Animaux. Pour plus d’information, se rapporter à la prochaine sous-division de la biographie : Société Protectrice des Animaux.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - Les études en gendarmerie sont sans le moindre doute, et ne demandent pas d’explication non plus, d’une grande utilité.

    - Les bases dans le domaine militaire de l’élément O’Connor sont un atout très intéressant pour l’Initiative et éviterais de devoir enseigner certaines notions de bases à l’élément O’Connor.

    - Lors de son passage dans l’armée, l’élément O’Connor a démontrer faire preuve d’une grande subordination à l’autorité légitime et faire preuve d’une extrême dévotion envers les besoins organisationnelles.

    - Les piètres performances physiques de l’élément O’Connor sont toujours précaire aujourd’hui. Il est capable de faire son travail, mais tout relâchement des performances physique de ce dernier ne devra en aucun cas être tolérer, sous peine de passer à une niveau inférieur inacceptable pour l’Initiative.


Société Protectrice des Animaux + Recherche et sauvetage

Pendant la dernière année d’entraînement que Bryan dut prendre pour réussir sa formation en gendarmerie, il fut embauché par la Société Protectrice des Animaux (SPA) à titre de Patrouilleur-Enquêteur. On peut donc dire comme les gens au Québec disent : il était la police des animaux. Son travail? Récupéré les animaux domestiques errants sur le territoire de la ville de Gatineau, récupéré les animaux domestiques décédés, assuré le respect du règlement municipal mis en place par la ville, émettre des constats d’infractions lors de manquement au dit règlement, prêter assistance aux policiers lors de la présence de chiens ou de chats et traiter les plaintes des citoyens qui concernent les animaux domestiques. Pendant toute l’année, Bryan se dévoua à son travail et se fit une réputation des plus appréciée par ses supérieurs. Il mena mène à la mise en place de procédures plus adaptées et plus efficace de par sa formation de policier. Il ne vécu qu’une seule mauvaise expérience durant cette année. Alors qu’il était en intervention pour récupérer un chien errant agressif, il ne réussit pas à le confiner et à le maîtriser avec la perche. L’animal prit l’espace de fuite pour s’échapper et lorsqu’il tenta de mordre un jeune garçon, Bryan s’interposa pour protéger l’enfant. Il n’eut pas le réflexe de placer la perche et le chien, un rottweiler visiblement enragé, lui mordit l’avant-bras gauche. Comme des policiers supervisaient l’intervention, l’un des deux agents asséna des coups de bâtons télescopiques aux chiens pour lui faire lâcher prise et son collègue mit fin aux jours de l’animal d’une seule balle une fois la ligne de tir dégagée. Bien qu’il ne garde pas de peur ou de crainte face au chien, il porte toujours les cicatrices de la morsure à ce jour.

C’est d’ailleurs durant cette période qu’il fit la rencontre d’un homme en charge d’un club de recherche et sauvetage canin. À la fois curieux et intéressé par la chose, il se joignit au club et s’impliqua dans celui-ci en y prenant goût. Puis, suite à une intervention à son travail, Bryan adopta une berger allemand à son travail qu’il baptisa Héra. Il se mit donc à la recherche et sauvetage avec Héra. Il la forma avec les années et avec du temps, il s’équipa et fut remplit de fierté à voir les résultats d’Héra pour retrouver des victimes que ce soit en forêt ou dans des décombres. Bien évidement, Héra vieillit comme tous les chiens. Elle est maintenant rendue à 13 ans et sa santé laisse penser qu’elle ne vivra plus qu’une ou deux années supplémentaire. C’est pourquoi Bryan a adopté une deuxième berger allemand qu’il a nommée Athéna. Il à commencer à la former à l’âge de 1 an et elle est maintenant âgée de 3 ans. Elle n’a pas encore toutes les qualifications nécessaires pour les recherches à l’étranger, mais Bryan lui fait suffisamment confiance pour lui faire faire des recherches à l’étranger au besoin quand même.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - L’expérience avec les animaux de l’élément O’Connor est une chose peu fréquente parmi nos agents et peut se révéler d’une grande utilité, puisque la présence d’animaux peut parfois mener à la complication des opérations ou aux mauvaises réactions des agents sur le terrain.

    - La possibilité d’utilisé l’élément O’Connor et ses chiens en recherche et sauvetage est un autre atout à considérer.


Enquêteur gouvernemental

Après 2 ans de travail acharné à la SPA, Bryan réussit à obtenir une place dans une formation gouvernementale pour apprendre à mettre en application une loi provinciale appelé Loi P-42. Il prit donc part à une formation intensive qui lui permit d’apprendre et de maîtriser la ‘loi sur le bien-être des animaux’. Une fois son accréditation obtenu, il retourna à l’emploie de la SPA comme d’habitude, mais en s’assurant de se libérer une plage horaire pour le gouvernement. Son travail pour le gouvernement provincial consista par la suite à faire des inspections de chenils et de chatteries pour produire des rapports de visite dans lesquels l’état des lieux y était décrit et les recommandations nécessaires pour respecter les normes provinciales y était faites. Dans le cas où après plusieurs avis le contrevenant ne règle pas la problématique; Bryan avait autorité de procédé à l’émission de constat d’infraction assez coûteux ou pouvait faire la demande de mandat de perquisition pour perquisitionner l’élevage et replacer les animaux dans des SPA et SPCA*. Il se rapprocha donc encore un fois du métier de policier. Il obtenu d’ailleurs sont diplôme en gendarmerie peu de temps après avoir réussit sa formation d’enquêteur pour le gouvernement provincial. Cependant, il avait signé un contrat de 3 ans pour avoir accès à la formation gouvernemental; il ne pouvait donc pas appliquer dans un corps de police avant la fin de ces 3 ans.

*SPCA = Société de Prévention contre la Cruauté envers les Animaux. La différence avec une SPA est tellement minime et obscur qu’elle n’a aucun intérêt à être mentionnée ou expliquée.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - Séquence intéressante et mise dans la biographie pour éviter un trou de 3 ans. Aucuns commentaire particuliers émis.


Policier

Une fois son trois ans de service accomplit à la SPA comme convenu, Bryan n’eut pas de mal à se trouver un emploi au sein de la police de Gatineau. Il quitta donc son précédent emploie et entra au service du corps de police à l’âge de 26 ans. Comme tous les nouveaux policiers embauchés, il fut assigné à la patrouille de son territoire. Il passa donc un temps considérable à conduire, patrouiller, prévenir et mettre une fin aux crimes, en plus de remplir des rapports et témoignés. Bref, il faisait le travail de n’importe quel policier. Alerte et attentif, Bryan se démarqua rapidement pour des qualités qui lui étaient propres : il n’abandonnait jamais un dossier, il faisait la plus grande partie de l’enquête avant qu’on l’oblige à remettre le dossier aux enquêteurs et il ne dormait pas tant qu’il n’avait pas découvert toutes les solutions à toutes les pièces de casse-tête.

C’est après 2 ans de service qu’il rencontra Katherine qui est aujourd’hui sa conjointe. La rencontre n’a pas grand-chose d’extraordinaire. Lui était policier, elle victime d’un vol de voiture. Bryan a traité le dossier, la voiture a été retrouvée et rendue à Katherine. Le destin a voulu qu’il se recroise dans leur vie ‘civil’ par après et que le souvenir du dossier les pousse à discuter et vouloir se connaître, puis à se fréquenter pour que finalement la relation de couple démarre. Et aujourd’hui, 6 ans plus tard, le couple est toujours uni et ils ont même un enfant de 3 ans. Contrairement aux peurs que pouvait avoir Bryan, la paternité lui a bien réussit et il tient son rôle de père en grande estime. Pour le moment, il n’y a pas d’autres enfants de prévus, mais l’idée n’est pas exclue non plus.

Et donc, au cours des années, la détermination et les dossiers de Bryan attirèrent l’attention des bureaux supérieurs et des enquêteurs. Comme ce dernier accomplissait toujours le maximum d’enquête possible à son niveau et qu’il le faisait efficacement, on commença bien évidemment à envisager de lui proposer un poste d’enquêteur. Et la décision arriva quand Bryan pris en charge un dossier de violence conjugale. Ce dernier entama le dossier comme patrouilleur, répondant à un appel du voisinage à l’effet qu’une bagarre prenait place dans la maison. Sur place, le conjoint refusa d’ouvrir la porte et Bryan qui avait le leadership de l’intervention força l’entrée sous la protection de son collègue. À l’intérieur, il trouva la femme salement amoché et procéda à l’arrestation du mari. Comme il établit un bon premier contact avec la victime, un résultat inattendu se produit. Les enquêteurs qui prirent par la suite possession du dossier se heurtèrent à une jeune femme très bornée. Et celle-ci fit clairement savoir qu’elle porterait plainte, mais qu’elle ne ferait sa déclaration qu’avec la présence de Bryan a qui elle faisait confiance et qui avait su la convaincre de sortir de cette enfer avec sa fille. Et donc, Bryan prit part à une partie de l’enquête avec brio, ce qui lui valu l’obtention du poste d’enquêteur.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - L’expérience de policier de l’élément O’Connor intéressante et pertinente pour nos services. Bien qu’il ne présente aucune caractéristique ou mention le démarquant du lot, il possède aussi une adaptation et une polyvalence inégalé. S’il ne se démarque en rien, il ressort aussi clairement de l’étude de son dossier de policier qu’il est à l’aise et pourvu de bonne base dans environ tous les domaines reliés à son métier.

    - La situation familiale de l’élément O’Connor est par contre un peu précaire. Considérant qu’il est en couple et qu’il a un enfant, il se peut qu’il soit distrait par sa famille, qu’il soit moins disponible ou que ses opérations soient plus compliquées puisqu’il laissera une famille dans le deuil en cas d’accident.


Enquêteur

Et donc, suite à son précédent dossier de violence conjugale, Bryan se retrouva au poste d'enquêteur. Âgé de 32 ans, il restait un jeune enquêteur quand même. Bien qu'il démontrait une grande polyvalence et une facilité à apprendre dans toutes les sphères d'enquêtes, on le plaça à la division des crimes contre la personne. Et rapidement, Bryan pris le pas de la division et plongea dans les dossiers avec une efficacité et une dévotion exemplaire. Sans pour autant négliger son rôle de père et son fils, il faisait régulièrement des heures supplémentaires ou passait parfois 1 heure à prendre des notes dans son lit en se réveillant le soir avec une idée en tête. Il toucha un peu à tout, des menaces aux agressions; des complots aux meurtres. Se faisant un nom et une crédibilité en cours, son nom fut tranquillement reconnu par les avocats de la défense comme un élément difficile a attaqué en procès, sa réputation donnant de l'angoisse même aux plus solides.

C'est aussi pendant ce temps que Bryan solidifia son réseau de contact qu'il avait bâti lors de son temps de service comme patrouilleur. Contact expert, taupes et sources, membre du crime organisé ayant une dette avec lui ... le réseau de Bryan n'est peut-être pas toujours très recommandable et pourrais probablement lui causer des tords si on le rendait public, mais cela assure aussi son efficacité. Il ne franchit jamais la ligne par contre et n'est ni un policier corrompu ni un policier qui commet des crimes pour garder les faveurs que les criminels lui doivent. Il fait quand même très attention à ce que rien de ce qui est louche ne soit portée à l'attention des avocats de la défense, car cela pourrait lui coûter un dossier.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - L’expérience d’enquêteur de l’élément O’Connor est très intéressante et pertinente pour notre division des enquêtes. La réputation solide qu’il a acquis démontre la force qu’il représente dans l’exercice de ses fonctions.

    - Le réseau que possède l’élément O’Connor est aussi très intéressant et pourrait se montrer profitable si bien utiliser. Comme nous n’avons pas les mêmes restrictions que le corps de police pour lequel il travaille, ce réseau pourrait être plus facilement mit à profit.

    - Il est aussi à considérer que le talent que celui-ci démontre pour bâtir et entretenir un réseau de contact montre qu’il pourrait en bâtir un nécessaire pour ses fonctions avec nous à l’aide d’une de ses fausses identités.


Recrutement

La journée était toujours à son début. Précisément, il était 8h30 un mardi matin. Tôt effectivement. Mais Bryan entendait bien mettre en application le mandat d’arrestation qu’il avait contre l’homme qui se trouvait à l’endroit visé. Son enquête était formelle, c’était lui qui enlevait les personnes qu’il avait mis tant de temps à rechercher. Il prévoyait entrer dans les lieux à 9h et il devait donc terminer sa préparation. Derrière lui, le groupe d’intervention tactique (G.I.T.) se préparait pour l’assaut. À leur tête, Mickaël, un ami de Bryan qui avait été patrouilleur avec lui. Bryan était d’ailleurs bien content que ce soir une personne qu’il connaissait qui soit là pour l’assister. Et donc, le temps passant, le groupe se préparait de plus en plus. Ce n’était pas un petit poisson et il ne fallait pas rater son coup. En plus, il était clairement fiché comme armé et dangereux, même qu’on qualifiait de difficile à croire certains de ses exploits. Et Bryan comptait bien mettre le grappin dessus.

Et le moment décisif arriva. L’heure arriva enfin. 9h. Bryan attrapa la radio et appuya sur le bouton de communication. « Enquêteur O’Connor, matricule 92045, responsable de l’opération de capture de la cible prioritaire. Demande l’autorisation de procéder à l’exécution du mandat d’arrestation. » Il y eut un silence durant un moment et un grésillement suivi de la réponse. « Négatif, surveiller les lieux et rester en attente, l’ordre vient des bureaux en haut, un groupe avec une expertise particulière est en route. C’est eux qui vont se charger de la cueillette. » Bryan jura entre ses dents et se retint de justesse de donner un coup de pied contre l’immeuble sous la frustration. « Le G.I.T. est parfaitement qualifié pour faire le travail! » Nouveau silence avant le grésillement annonçant la réponse. « Négatif, décision finale. Tenez-vous en à votre rôle. » Délaissant la radio, il se retourna vers son ami en charge du G.I.T. avec un regard déterminé. « On entre et on va le chercher, des personnes enlevées sont sûrement à l’intérieur et l’urgence de la situation le justifie … et oui, je prends la responsabilité et les blâmes sur moi. »

Il n’en fallut pas énormément plus pour que l’opération procède malgré le refus qui lui avait été émit. Il assumerait la conséquence de son insubordination et se consolerait en pensant aux victimes qu’il aurait sauvées en désobéissant. Avec expérience, la porte fut enfoncée par les premiers policiers qui entrèrent de manière technique et planifiée. Bryan se joignit au groupe au milieu environ et entra au centre de manière à pouvoir gérer l’opération sans être directement exposée. Avec le G.I.T., Bryan passa pièce après pièces de l’endroit, avisant d’une voix claire lorsque deux groupes se croisaient pour éviter des tirs croisés. La recherche de l’homme progressait rapidement et c’était mieux ainsi pour être sûr de le coincer dans le filet qu’il refermait sur lui. Tout allait bien jusqu’à ce que la cible sorte d’une pièce et mettre au sol un premier policier. Bryan envoya un deuxième policier au sol en se laissant lui-même tomber au sol, évitant l’attaque de la chose qui se trouvait devant eux. Des coups de feu, de poing, de crosse et une foule de manière de défense furent utilisé pour lutter contre la bête, sans succès. Bryan, une fois de retour sur ses pieds tenta sa chance au pistolet et finit par attiser la colère de la bête qui le projeta contre un mur, l’assommant à moitié. Et à travers le voile devant ses yeux, il vit l’escouade du G.I.T se faire tailler en pièce par le monstre. Du moins, jusqu’à ce que l’escouade d’expert arrive et se charge de la chose. Il se senti ensuite assommé et le noir l’envahit.

Puis, il reprit connaissance couché sous un plafond qui rappelait un plafond d’hôpital. « Enfin debout enquêteur O’Connor. » Bryan tourna la tête et remarqua que deux hommes se tenaient debout devant la porte et qu’un homme le regardait à la limite de sa portée. C’était visiblement ce dernier qui avait parlé. « Vous avez une bonne récupération M.O’Connor, j’ai hâte de pouvoir discuter avec vous. » Sans comprendre, Bryan se contenta de tenter de remettre ses idées en ordre, à la fois perturbé par ses derniers souvenirs et angoissé de ne pas savoir sa localisation actuelle. Après deux jours de traitement, il fut en état de quitter le lit et on le conduisit à une pièce où il dû s’asseoir à une table, d’un côté de la table qu’il connaissait bien. Il allait être interrogé. Il avait fait assez d’interrogatoire pour reconnaître la pièce. L’homme de son réveil entra et pris place à la chaise devant lui, alors que le deuxième homme prenait place en retrait. Bryan se contenta d’attendre.

« - M.O’Connor, désirez-vous un verre d’eau?

- Non merci.

- Avez-vous des questions?

- Je croyais que c’était vous l’interrogateur?

- En effet. Je déduis que vous n’avez pas de question alors. Vous êtes aussi très calme pour un homme qui ne sait pas où il se trouve après avoir raté une opération d’envergure.

- Ai-je à m’inquiéter?

- Tout dépend de vous M.O’Connor.

- Bien.

- Je vais être honnête avec vous M.O’Connor, je n’ai qu’une seule question. Qu’avez-vous vu dans cet immeuble?

- Mon droit au silence? Mon recours à l’avocat dans les plus brefs délais? Le droit à un interrogatoire libre de toute pression et/ou menace?

- Malheureusement pour vous, nous ne sommes pas soumis à ces broutilles considérant la gravité de nos interventions.

- Alors, je refuse de parler simplement.

- Vous avez sciemment désobéis à vos supérieurs, ce qui a eu pour effet de faire rater notre intervention. Alors, comprenez que je ne vous tiens pas dans mon cœur pour m’avoir fait ainsi perdre du temps précieux. Qu’avez-vous vu dans l’immeuble.

- Raté votre opération?

- Vos supérieurs vous ont dit de rester en-dehors de tout cela, parce que MON équipe allait régler la situation. Visiblement, la vôtre n’a pas été à la hauteur. Ne serrez pas les dents ainsi, vous avez amplement fait la preuve que j’ai raison en entrant dans ce bâtiment. Qu’avez-vous à l’intérieur!

- Rien de bien précis, tout est allé trop vite.

- M.O’Connor, ne me prenez pas pour un imbécile. Je n’ai pas l’humeur pour jouer au gentil et au méchant, alors ne me faites par perdre mon temps.

- Que voulez-vous que j’aille vue? »

L’interrogateur se releva et Bryan en fit de même. L’interrogateur fit signe à son collègue de rester en retrait quand il tenta de venir lui prêtre main forte. L’interrogateur et Bryan se confrontèrent du regard longtemps. Bryan savait très bien ce qu’il avait vu, mais il savait aussi que c’était une chose qui lui vaudrait l’asile s’il tentait de la décrire. Et de plus, il refusait de parler à une organisation inconnue qui semblait avoir besoin de ce qu’il avait à dire. Comment s’assurer qu’on ne le ferait pas disparaître autrement?

« - M.O’Connor, vous avez vu une chose dépassant l’entendement et vous n’êtes pas fou. Décrivez-moi ‘le monstre’

- Un homme ayant la rage de ne pas aller en prison.

- M.O’Connor, ne me prenez pas pour plus débile que je peux l’être. Votre femme est l’une des leurs, alors ne me faites pas croire que vous ne savez rien. »

Le poing de Bryan s’abattit sur la table et il attrapa le collet de l’interrogateur dans un geste vif et précis laissant voir les années d’arts martiaux qui l’avaient forgées. De sa solide poigne, il tira l’interrogateur vers lui.

« Que je vous prenne à insinuer quoi que ce soit sur ma femme ou mon fils et je vous liquide ici même et sans aucun soucis pour les conséquences. Ma femme et moi faisons vie commune depuis 6 ans et si vous osez la traiter de monstre, n’espérez aucune clémence de moi. »

Avec rage, Bryan cracha au visage de l’interrogateur. Le collègue de celui-ci s’approcha et Bryan le remarqua d’un œil vif. Il allait relâcher l’interrogateur pour se défendre du collègue, mais l’interrogateur le rattrapa d’un geste vif et le maintint en place. Un uppercut atterrit dans ses côtes et Bryan retomba assis sur la chaise. L’interrogateur le relâcha et le collègue retourna à la porte.

« - Restez tranquille M.O’Connor. Je n’ai aucune envie de vous faire plus mal que nécessaire … Retour au silence? … M.O’Connor votre manque de coopération est effarant.

- J’ai déjà donné mon verdict, je garde silence.

- M.O’Connor, je veux rectifier mes paroles sur votre femme. Vous saviez qu’elle n’est pas humaine? Enfin, à proprement parler, elle n’est pas 100% humaine.

- Vous ne me ferez pas parler en me racontant ce genre d’imbécillité. »

Les yeux de l’interrogateur changèrent et un rire lui échappa. « Alors là … après 6 ans et 1 enfant vous l’ignorez encore? » Il regarda son collègue. « Va la faire chercher et apporter ici. Laissez-lui le temps de trouver une gardienne pour le petit. »

Le collègue de l’interrogateur parti et l’interrogateur aussi. Plusieurs minutes, voir des heures, passèrent. Peut-être même une journée. Il ne savait pas, il n’avait aucun repère temporel. Puis, les deux hommes revinrent dans la salle d’interrogation avec une troisième personne que Bryan reconnut immédiatement. Il se leva d’un geste brusque et se ravisa dans il vit le collègue pointer une arme sur sa femme. L’interrogateur pris la parole.

« - M.O’Connor, nous ne ferons pas de mal a votre femme si vous restez tranquille. Nous avons votre parole?

- Oui.

- Parfait. Vous voyez, mon collègue range son arme. Maintenant, vous allez comprendre ce que je voulais dire. Pas vrai, Katherine?

- Qu’est-ce que ma femme a à voir dans …

- Laisse Bryan. Il est temps que je t’explique. Fais-moi confiance, c’est tout ce que je te demande. »

Et là, ce produit la chose à laquelle Bryan s’attendait le moins. Devant lui, Katherine commença une transformation des plus improbables. En l’espace de quelques minutes, ce n’était plus sa femme qu’il avait devant lui, mais un hybride d’humain et d’ours. Bryan se releva sous la surprise et resta un moment figé. Il ne savait plus quoi dire, quoi faire, quoi penser ou comment réagir. Dans le mélange qui prenait place en lui et pour une rare fois dans sa vie, Bryan laissa l’impulsivité le gagné et donna un coup de pied tellement violent dans la table que cette dernière chavira. Il ne put regarder Katherine pendant qu’elle reprenait sa forme humaine. De côté, il ne put se résigner à tourner la tête quand elle l’appela.

« - J’ai vu homme qui semblait avoir été croisé avec un loup. Il a mis en pièce le groupe d’intervention tactique qui m’accompagnait en pièce et a faillit avoir ma peau.

- J’apprécie votre collaboration M.O’Connor. Et je comprends le trouble qui vous saisit en ce moment. J’ai aussi de la compassion pour Katherine qui a dû s’exposer à vous sous notre ordre. Mais sachez une chose, c’est la même femme que vous connaissiez avant et elle vous a montré une grande preuve de confiance. Prenez du temps au besoin, mais ne lui tenez pas rigueur de ce qu’elle est. »

Bryan soupira et tourna la tête pour regarder Katherine qui portait de nouveaux vêtements, les lambeaux des anciens sur le plancher. Il la regarda silencieusement un moment et soupira de nouveau. Il hocha la tête et baissa le regard. Il allait avoir besoin de temps pour réussir à se faire à l’idée, mais il aimait Katherine et ne voulait pas qu’elle disparaisse de sa vie non plus. L’interrogateur lui tendit un téléphone que Bryan pris.

« Vous allez devoir rester dans les environs, on vous montrera la chambre que vous occuperez en attendant la suite avec votre femme. Votre fils est entre bonne main, c’est votre femme qui a choisis la personne qui le garde. Ce téléphone est maintenant à vous. Vous serez contactée dans les prochaines 24h et on vous demandera sous le nom d’Ethan Leskener, c’est l’identité attaché à ce téléphone et dont nous vous faisons cadeau pour le moment. Respecter les instructions qui vous seront transmises et tout sera pour le mieux. »

Et après ces paroles, l’interrogateur sortis.

Notes des enquêteurs de l’Initiative :
    - L’élément O’Connor a très bien supporté l’interrogatoire et semble être capable de résister à énormément de pression, ce qui est très utile dans le cadre de l’organisation.
    - L’élément O’Connor semble par contre avoir encore beaucoup de mal à gérer les souvenirs de ce qui est arrivé lors de sa rencontre avec le lycanthrope.
    - Il a aussi semblé accepter la réalité sur sa femme et il a semblé accepter en quelque sorte la réalité que nous lui avons montrée et confirmée. De par les connaissances qu’il a maintenant acquises, il représente soit une menace pour le secret, soit une ressource considérable.
    - Après analyse du dossier de l’élément O’Connor, après avoir lu les relevés d’enquêtes sur lui et après avoir conduit son interrogatoire dans nos locaux, je fais personnellement la recommandation de l’élément O’Connor pour nos services. Je lui ai remis le téléphone numéro 00SD45 et l’identité rattachée. Il peut être contacté pour une mise à l’épreuve préalable. Je juge les capacités de celui-ci suffisamment élevé pour ne pas avoir à lui dispenser de formation de base. Sur réussite du test, une mise à niveau sur le secret devra lui être fournis.


Autres identités :
- Ethan Leskener : C’est l’identité par laquelle l’Initiative contact l’agent O’Connor.

Couverture : Le temps d’obtenir sons statut d’agent, il a gardé son travail d’enquêteur au corps de police de Gatineau

HRP:
 


Dernière édition par Bryan O'Connor le Lun 25 Nov - 1:47, édité 4 fois
Bryan O'ConnorPrivateavatarMessages : 5
Date d'inscription : 16/11/2013

Dogtag
Âge: 34 ans
Accréditations: auncune
Domaine de compétences: Policier/Enquêteur/Contrôle animalier
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bryan O'Connor Jeu 21 Nov - 7:41

Super fiche jusque là !
Bon courage pour la suite, hésite pas à me mettre un MP ou prévenir à la suite quand tu aras fini.
DepsciMaitre suprême du jeuavatarMessages : 41
Date d'inscription : 22/04/2013
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bryan O'Connor Lun 25 Nov - 1:56

Et voilà, fiche terminée!

En espérant qu'elle plaise bien à l'administration de l'Initiative Smile
Bryan O'ConnorPrivateavatarMessages : 5
Date d'inscription : 16/11/2013

Dogtag
Âge: 34 ans
Accréditations: auncune
Domaine de compétences: Policier/Enquêteur/Contrôle animalier
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bryan O'Connor Sam 30 Nov - 14:24

Très bonne fiche, approuvée !

Je te prépare un petit truc pour que tu voies un peu d'action, mais d'ici là, pourquoi pas faire un tour --> ICI, on a un Russe qui tape dans des sacs de sable... Je pense qu'on adversaire rompu aux arts martiaux comme toi pourrait lui faire plaisir Wink

Je te ferai signe dès que l'autre sujet sera prêt !
DepsciMaitre suprême du jeuavatarMessages : 41
Date d'inscription : 22/04/2013
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bryan O'Connor

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Bryan O'Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Initiative :: Académie :: Dossiers des Académiciens.-
Sauter vers: