AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Jeu 20 Juin - 11:52

Est du Kenya, 8kms de la frontière somalienne.

Membres de l'ORS impliqués : Dr Abigail Lorenson (USA), Sergent-chef McGregor Peter (USA), Technicienne Aeryn Fallen (USA).

Superviseur : Campbell George (directeur des opérations civiles)

Chef de mission : Dr Lorenson

Commandant en second/responsable des opérations militaires : Sgt-chef McGregor.

Opération officielle. Aucune couverture.

Objectif : Collecte d'information. Destruction d'un laboratoire clandestin.



L'équipe avait embarqué comme prévu à bord d'un Hummer qui les avait emmené sur le tarmac. Surprise, l'avion était un DC10 sans couleur, et ils auraient des sièges. Bon bien sur tout ça n'avait pas duré. L'avion avait posé à Alger ou ils avaient embarqué à bord d'un Antonov AN-22. Malgré les propos rassurants de l'équipage, les bruits de l'avion avaient fait douter tout le monde avant que celui-ci après 6h d'un vol interminable, mais sans soucis ne se pose au Kenya, sur une piste rudimentaire d'un aérodrome militaire temporaire. Le plan avait changé, personne n'avait dit à l'équipe que le vol était détourné ... Ils ne savaient pas où ils avaient atterri.

 Ils avaient tous débarqué, l'écossais laissant Abi débarquer en tête, leur affaire à la main, les armes ostensiblements portées conformément aux instructions. L'écossais avait prit sur lui de profiter du temps avant le départ pour les entrainer un minimum sur leurs armes, les deux demoiselles étaient donc relativement bien familiarisées avec celle-ci, malgré le fait que personne ne semblait croire que celles-ci seraient nécessaires à un moment.
 L'aérodrome ne brillait pas par une activité intense, il était dix heures du matin, il faisait déjà 35° et par conséquent tout le monde faisait le nécessaire pour ne rien faire par cette température. Un groupe de militaires, une trentaine d'homme à vu de nez s'affairaient néanmoins autour d'une petit colonne de six véhicules à l'arrêt, 2 camions, et 4 pick-up.
 Au débarquement du trio, deux hommes de ce groupe s'en étaient détachés et étaient allés vers eux tranquillement sans se presser, fusils d'assaut chargés au côté.

 Ils se présentèrent devant Abigail Lorenson et les autres, et firent un bref salut militaire, avant de tendre leurs mains dans un geste naturel de salutations. Par la suite le plus gradé des deux prit la parole dans un anglais parfait, hormis un accent quelque peu prononcé.


- Docteur Lorenson, mademoiselle Fallen, Sergent McGregor, je suis le capitaine Matabe*, et voici le lieutenant Kaouane*. Bienvenue au Kenya, nous sommes chargé de votre escorte et de votre protection pendant la durée de votre mission. Si vous voulez bien venir jusqu'aux véhicules avec nous.

Les entrefaites terminées, il commença à cheminer tranquillement vers la colonne de véhicule, tout en parlant.

- J'imagine que vous souhaiterez partir au plus vite, toutefois nous sommes aux heures les plus chaudes de la journée, si je peux me permettre je suggère de repousser le départ à 15h, si nous roulons bien nous arriverons sur le site au crépuscule. Les pistes sont relativement peu dangereuses en réalité, grâce à notre avancée en Somalie, les bandes armées se tiennent à l'écart. Même si ils existent, les risques sont réduis.
 Du reste nous pouvons également partir dans une demi-heure si vous le préférez, j'ai reçu pour instruction de suivre les votres.

Le capitaine avait terminé en s'imobilisant devant un Pick up Toyata blanc, tout les véhicule de la colonne étaient des véhicule civil à l'exception d'un camion qui était peint en vert. Son regard signifiait que c'était le véhicule désigné au trio. Pour le reste c'était à Abi de décider l'heure du départ maintenant, la jeune femme allait prendre conscience de ce que c'était que de diriger une équipe durant cette mission.


Spoiler:
 
ChaosMaitre suprême du jeuavatarMessages : 29
Date d'inscription : 07/01/2012

Dogtag
Âge: xxx ans
Accréditations: Infinie
Domaine de compétences: Faire chier les joueurs
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Mer 26 Juin - 20:52

Le départ était enfin sonné, le Hummer qui devait partir pour l’aéroport de Washington n’attendait plus qu’eux. Leur après-midi avait été chargée, néanmoins. Profitant de quelques heures entre la pesée de leur matériel et leur départ, Mac avait décidé de donner à Abigail et Aeryn un rapide cours sur le maniement du MP7. Ils n’avaient pas tiré de vraies cartouches (ils en auraient potentiellement besoin là-bas, inutile de les tirer ici…), Mac leur avait néanmoins montré comment l’utiliser en conditions pratique, montage, démontage, et bien sûr prise en main et quelques tirs à blanc.

Abigail avait été surprise par le confort de cette arme. Pour la scientifique, elle se maniait moins comme une « vraie » mitraillette que comme un énorme pistolet qui tirait en automatique. Crosse et poignée avant dépliées, elle se calait très bien au creux de son épaule et avait un parfait contrôle sur son orientation. Ajoutez à cela une légèreté surprenante, et Abigail venait de se faire une nouvelle amie. Au moins pour cette sortie sur le terrain.

Mais pour l’heure, ils allaient embarquer pour la première étape de leur trajet vers l’Afrique. Le Hummer les déposa directement sur le tarmac de l’aéroport, passant tous les checkpoints de sécurité omniprésents sur le grand aéroport. Un DC-10 les y attendait, et Abigail ne put que remarquer l’absence totale de marquage dessus. Aucun insigne d’une quelconque compagnie ou force aérienne. Mais en embarquant, elle fut assez satisfaite de trouver des sièges à bord. Ils étaient tous proches de palettes de fret, mais au moins ils pourraient se reposer sur une étape du trajet. Abigail s’assit sur le siège qui lui fut désigné par l’un des membres d’équipage, puis une fois l’avion en vol, après un dernier regard à ses coéquipiers, la scientifique ne tarda pas à plonger dans le sommeil. Elle avait souvent pris l’avion au cours de sa vie, et elle savait que les trajets vers l’est étaient toujours épuisants, alors elle cherchait à ménager ses forces. Elle passa la majorité du vol endormie, ses sacs à ses pieds et son MP7 sur les genoux, ne reprenant ses esprits qu’au cours de leur descente sur Alger. L’atterrissage se déroula par beau temps, et le DC-10 roula vers un coin isolé du tarmac où les 3 agents de l’ORS pourraient débarquer avec armes et bagages vers leur prochain taxi.

Abigail n’avait pas peur de beaucoup de choses, mais l’aspect général de l’avion devant elle n’était pas pour la rassurer. L’appareil, de conception soviétique remontant à la Guerre Froide, donnait l’impression qu’un coup de manche un peu violent lui arracherait une aile. Elle remarqua avec une pointe d’inquiétude quelques flaques visqueuses sous un des moteurs, et fut encore moins rassurée quand le mécanicien, qui avait surpris son regard, lui dit qu’il fuyait comme ça depuis bientôt 10 ans… « Charmant engin que voilà… Dites-moi que le Kenya n’est pas loin… Mais ça serait trop beau, hein… » pensa-t-elle, pince-sans rire, en embarquant. Pas de sièges, cette fois, et un concert de grincements, coups sourds et autres bruits qui, durant les 6 heures de vol jusqu’au Kenya, ne lui permirent que de somnoler et la réveillèrent dès qu’ils devenaient un peu trop insistants.

Au cours de ces 6 heures, entre deux grincements menaçants, Abigail revérifia pour la énième fois son MP7, son Glock et son équipement. Rien ne manquait, et rien ne s’était perdu entre ici et Washington. Elle jeta un regard à Aeryn et Mac, observant leur manière d’appréhender la mission chacun à sa manière. La scientifique tenait à s’assurer que son équipement était au top, tout en se récitant en boucle le briefing de mission et essayant d’échafauder des solutions pour tout ce qui pourrait aller mal…

L’atterrissage sur une piste rudimentaire la tira de ses pensées. L’avion eut une dernière série de sursauts, puis s’immobilisa et le sifflement des turbopropulseurs s’estompa. Abigail remit ses sacs en bandoulière, et passa la sangle de son MP7 sur son épaule gauche. Les consignes étaient de débarquer avec les armes bien en vue. Avec ça et le holster du Glock formant une bosse sur sa hanche, elle estimait remplir sa part du marché, tout en continuant d’espérer ne pas avoir à s’en servir. Même si quelque chose lui disait que la semaine ne passerait pas sans avoir fait parler la poudre.

Abigail, en sa qualité de chef de mission, débarqua la première, rabattant ses lunettes de soleil devant ses lunettes de vue. Elle n’aurait su dire précisément où ils étaient au Kenya, mais elle était sûre qu’ils avaient atterri au milieu de nulle part, sur une piste qui ne devait figurer sur aucune carte… Un convoi les y attendait, vit-elle en descendant de l’Antonov qui, miraculeusement, s’était posé entier. Deux camions peints en vert, et 4 pick-up blancs. Un groupe d’une trentaine de soldats en armes se tenaient aux côtés des véhicules, et deux d’entre eux se séparèrent et vinrent à leur rencontre. Abigail se félicita d’avoir opté pour une chemise légère en coton blanc et un jean, ainsi que de s’être passée un peu d’huile solaire avant l’atterrissage, il faisait au moins 35°C, et la surface nue de l’aérodrome de fortune n’aidait pas à dissiper la chaleur.

Ils se présentèrent comme le capitaine Matabe et le lieutenant Kaouane, et lui serrèrent la main après un rapide salut militaire. Dans un anglais certes teinté d’accent mais impeccable, ils l’invitèrent à rejoindre les véhicules avec son équipe. Abigail les suivit, tout en jetant des regards circulaires autour d’elle. L’idée de ne pas savoir où ils étaient la dérangeait profondément, mais pour l’heure ils avaient d’autres soucis.
- J'imagine que vous souhaiterez partir au plus vite, toutefois nous sommes aux heures les plus chaudes de la journée, si je peux me permettre je suggère de repousser le départ à 15h, si nous roulons bien nous arriverons sur le site au crépuscule. Les pistes sont relativement peu dangereuses en réalité, grâce à notre avancée en Somalie, les bandes armées se tiennent à l'écart. Même si ils existent, les risques sont réduis.
Du reste nous pouvons également partir dans une demi-heure si vous le préférez, j'ai reçu pour instruction de suivre les vôtres.


Abigail prit quelques secondes pour réfléchir. Elle aurait bien voulu partir sur-le-champ, mais avec ces températures, c’était de la folie. Mieux valait suivre leurs conseils. Toutefois, elle sentait que quelque chose n’allait pas, sans savoir quoi. « Tu deviens parano, ma grande… Si quoi que ce soit arrive, tu as Mac, Aeryn et un MP7 pour t’aider… » se dit-elle.
« Mieux vaut attendre un peu, je suppose. Inutile de s’épuiser de trop. Départ à 15h, donc. » Puis, voyant le capitaine se diriger vers un des pick-up blancs, elle en déduit que le camion le plus proche serait le leur. « Encore ma parano qui parle, mais on fait une cible parfaite pour quiconque saurait que nous sommes là. Dans tous les cas, mieux vaut rester groupés. On ne sait jamais… » Abigail se retourna, cherchant Mac et Aeryn du regard, pour voir si eux aussi avaient la même sensation qu’elle. Elle se dirigea vers eux pour lui en parler avant de partir, même si elle était sûre de faire une crise de paranoïa.

« Je sais pas pour vous, dit-elle à voix basse, mais il y a quelque chose qui me parait suspect dans l’air. Ouvrez l’œil et restez sur vos gardes, on se retrouve au camion pour le départ. Ensuite, évitons de nous séparer plus que nécessaire, selon moi mieux vaut rester assez groupés en cas de coup dur, si coup dur il y a. » Elle se dirigea ensuite avec tout le naturel du monde vers le capitaine qui s’adressait à ses hommes.
« Parlez-moi un peu du site où nous nous rendons. Beaucoup de route, à ce que j’ai cru comprendre ? Quel genre de terrain autour, et quelle taille pour le labo ? » Tout en écoutant ses réponses, elle continuait de scruter autour d’elle.

Puis ils embarquèrent dans les véhicules à l’heure dite, Abigail montant avec Mac et Aeryn dans le camion qui leur avait été attribué. Elle tenait son MP7 proche du corps, prête à faire sauter le cran de sûreté au moindre mouvement hostile.

Spoiler:
 
Abigail LorensonDocteuravatarMessages : 131
Date d'inscription : 26/12/2011

Dogtag
Âge: 31 ans
Accréditations: auncune
Domaine de compétences: Biologie, Chimie, Géologie, Balistique, Appat/Diversion
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Lun 8 Juil - 19:00

McGregor n'avait pas dit grand chose pendant le trajet, il s'était plongé dans son livre, une paire d'écouteur vissé sur les oreilles. Abi et Aeryn ne pouvait qu'entendre le son des percussion, impossible de distinguer ce que l'écossais écoutait. Il s'était en fait plongé dans des musiques métal à consonances celtiques. Ses préférées dans ce genre. Et entre les mains, un livre sobrement intitulé "Robin", écrit par Stephen R. Lawhead. Ou l'histoire de Robin des Bois, tranférée avec un réalisme maximum au pays de Galle, au 10ème siècle environ.
Mac savait que les voyages en avion étaient long, et il avait toujours eu du mal à y dormir, il prévoyait de l'occupation à chaque fois. En revanche il avait exhorté les deux scientifiques à prendre du repos, la chaleur était un ennemi implacable, elle terrassait les humains très vite, autant profiter de l'avion.

A Alger le décors avait changé, il faisait déjà chaud, mais surtout l'avion était ... une épave. Bon l'écossais en avait vu des pires, mais il devait lui aussi s'avouer peu rassuré. Advienne que pourra il embarqua dans l'Antonov, son regard se posa directement en entrant sur le lot de bord, ou se trouvait les parachutes. Il s'installa, enfin s'allongea sur une banquette, et attendit la le départ, toujours plongé des les notes de musiques qui défilaient dans ses oreilles. A l'arrivée a ... trou paumé du Kenya, vu qu'ils n'étaient clairement pas sur un aéroport international, il se releva, n’émergea de sa torpeur, pendant laquelle Abi commença déjà à débarquer.
D'accord les arrivée en groupe faisaient toujours mieux, mais la chaleur le terrassait déjà. Un membre du SBS ça aimait le froid et l'humidité, sinon ça restait simple bidasse. Il enfila ses lunettes de soleil, son gilet de combat, prit son sac et sa carabine et débarqua à son tour sous le soleil de plomb. Il avait aligné sa montre au départ d'Alger, 10 heures du mat' et des brouettes et déjà facilement 30°, malgré la brise il faisait déjà chaud. L'écossais préféra ne pas envisager ce que ce serait pour midi.

Deux militaires kenyans étaient venus à leur rencontre. Capitaine Matabe, et lieut' Kaouane. Le bras de Peter mit quelques secondes à se souvenir que devant un officier de grade supérieur on saluait. Et tant bien qu'il salua, le geste fut mou et sans conviction. Le but n'était pas d'être offensant, mais il était certain qu'entre ses propres compétences et celles des deux kényans il y avait un fossé. Et le protocole ne comblait pas les fossés.
La suite, ce fut simple, Abi décida de les sauver du cagnard et de les faire partir sur avis du capitaine pour 15h. La mauvaise surprise c'était leur véhicule. Un camion militaire vert, d'origine inconnue. Bâché évidemment. Autant dire que c'était inadapté pour une protection. Le fait d'apparaitre comme l'unique cible du secteur n'était pas dérangeant, car en fait si le convoi venait à être attaqué, ils se feraient tous tirer dessus quoiqu'il en soit. Non ce qui le gênait c'était les arcs de tirs. Il profita des cinq heures de répit, pour avant sa sieste demander a plusieurs militaires kényans de l'aider à débâcher le camion. Au diable la clim', il allait prendre le poste du "truck monkey", le singe de camion, était un hommes installé dans une benne de camion ou de pick up qui avait pour charge de canarder tout ce qui trainait sur les 6 heures du convoi, et le cas échéant ici sur 360° même si les autres devraient avoir l'oeil.

Avant tout ça, il avait suivi Abi et Aeryn à part. Ca faisait très comploteur, mais il estimait, comme Lorenson sans doute avoir le droit à un peu d'intimité.


- Pas d'inquiétude, ce n'est pas plus suspect que ça. De toute façon on savait qu'il faudrait faire attention, mais ceci dit, on est pas armés pour rien. On évite de se séparer une fois parti oui, et si vous avez le moindre doute, faites le moi savoir de suite.

Une fois ceci fait, il se chercha un coin d'ombre, après avoir laissé à ses équipières les consignes de sécurité habituelles : ne pas s'éloigner, ne pas draguer ou se laisser draguer par des inconnus, porter une arme sur soi en permanence, aller à l'ombre, faire une grosse sieste tant que tout était calme. Pour tout le reste le consulter au préalable. Oh et éviter les toilettes du camp, généralement c'est un nid à bactéries.
De toute façon si elles voulaient faire une escapade, elles n'iraient pas loin, toute l'eau était dans un camion, et lui était parti pour une sieste éveillée.

Il se bougerait une demi-heure avant le départ et referait le point avec les officiers sur tout ce qui était présence ennemie, itinéraires, risques, ordre de convoyage. Il en avait avisé Abi avant de les laisser. L'heure du départ venu il embarquerait dans la benne et y prendrait ses quartiers dans la benne du camion, au milieu des cartons de rations et des packs d'eau potable. Il avait touché un G3 des Kényans, et avait avec lui en guise d'équipiers une paire de militaire kényans, à priori on ne peut plus disciplinés. Il leur avait à chacun distribué un secteur, et une procédure simple en cas de contact. Un oubli, phénoménal lui vint à l'esprit. Il pressa le bouton de sa radio, ouvrant son micro en direction d'Abigail, et d'Aeryn accessoirement.


- Abi de Mac, euh j'ai complètement oublié, quelles sont nos règles d'engagement ?

Les règles d'engagement, ou comment ils avaient le droit de tirer, et sur quoi. Matabe leur avait dit, on se défend, sous entendu, les individus doivent tirer les premiers. Mais ça c'était bon pour l'armée Kényane, lui n'en était pas, Abi' avait tout pouvoir dans le domaine afin de baisser la barre ou même de l'enlever. Il était un grand garçon et il ne shooterait pas des bergers désarmés juste parce qu'ils étaient là avec leur troupeau.
MacGregor PeterSergent-chefavatarMessages : 68
Date d'inscription : 26/12/2011

Dogtag
Âge: 35 ans
Accréditations: auncune
Domaine de compétences: Maniement des explosifs, nageur de combat, opérations clandestines, parachutiste, infirmier de guerre (niveau 1)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Mar 13 Aoû - 8:55

Le voyage avait été pénible. Aeryn avait eu le temps de bien avancer sur son bouquin, même avec les entraînement de mac sur les armes qu'ils avaient emporter. La scientifique espérait ne pas avoir à s'en servir. Si elle avait voulu tirer sur les gens, elle serait devenu militaire, ...

Elle se demanda vite ce qui était le pire : le voyage cahoteux ou la sortie de l'appareil sous un soleil brûlant ? La chaleur vous clouait au sol mais elle suivit l'exemple de ses deux collègue et leur emboîta le pas jusqu'aux militaires.
Ils ne partiraient pas tout de suite mais attendrait un moment de la journée plus propice aux voyages. Bonne nouvelle ! Aeryn n'y connaissait pas grand chose en mission, ni même en politique autant extérieure qu'intérieure, mais le convoi prévu ne lui inspirait pas confiance. Ses doutes furent confirmés par Lorenson. Il faudrait rester grouper et se tenir sur ses gardes une fois partis. Soit, mais pour le moment, ils avaient quelques heures à tuer. Compte tenu de la température et du décalage horaire, l'irlandaise décida que c'était certainement le meilleur moment pour rattraper le sommeil qu'elle n'avait pas réussi à prendre dans ce qui s'apparentait à un avion.

A l'heure prévue, Mac la secoua doucement pour la réveiller. Elle se leva rapidement en baillant et prit place dans le camion avec les autres. Alors que Peter s'installait à un poste de combat improvisé, Aeryn scrutait la route pour repérer tout danger potentiel.


Spoiler:
 
Aeryn FallenTechnicienavatarMessages : 31
Date d'inscription : 02/02/2013
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Sam 31 Aoû - 23:30

Le petit convoi était parti à l’heure prévu, et arrivé de même. La progression n’avait été entachée par nul problème.

Le soleil se couchait lentement sur la brousse, laissant l’installation se découper nettement sur la ligne d’horizon. Elle avait semblé de grande taille mais en réalité elle correspondait à un petit hangar. Plat, avec un seul niveau, L’ensemble était bâti en béton gris, moche selon les standards contemporains. Avec de petites fenêtres rectangulaires rappelant des hublots de navire sur le tour.
L’installation avait ses deux grandes portes avant ouvertes, portes devant lesquelles les camions militaires se garèrent alors que l’équipe précédente mettait les voiles sans perdre de temps.
Les portes ouvertes laissaient voir d’un côté une loge administrative et de l’autre un camion abandonné capot ouvert. Sans aucun doute en panne.
Sur le mur du fond se trouvait ce qui ressemblait à une lourde porte blindé, avec un volant de verrouillage.

Les kenyans n’eurent besoin d’aucun ordre pour prendre leur position. Mac réunit rapidement les scientifiques pour faire un point sécu, bref et simple : rapporter tout fait inhabituel au premier militaire présent, ne pas s’éloigner sans escorte. Aucun couvre-feu décrété et on ne quitte pas son arme.

Restait à savoir quoi faire maintenant, Abi devait décider si elle souhaitait inspecter l’installation de suite ou attendre le lendemain et commencer par établir un campement convenable.

ChaosMaitre suprême du jeuavatarMessages : 29
Date d'inscription : 07/01/2012

Dogtag
Âge: xxx ans
Accréditations: Infinie
Domaine de compétences: Faire chier les joueurs
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301) Dim 1 Sep - 17:00


Peu avant l’heure prévue pour le départ du convoi, Mac, accompagné d’Aeryn, était venu chercher Abigail qui avait fait le tour du convoi, inspectant le matériel à la recherche de la moindre faille, sans en trouver. Les trois comparses avaient embarqué dans le camion qui leur avait été assigné, Mac adoptant une position défensive pour couvrir les arrières du convoi. Durant tout le trajet, le regard d’Abigail avait balancé de droite à gauche, à l’affut de la moindre anomalie. Des mots dans sa radio lui vinrent dans l’oreille, quelques minutes après le départ du convoi.
« Abi de Mac, euh j'ai complètement oublié, quelles sont nos règles d'engagement ? »
Il avait raison. En tant que chef d’équipe, il était de sa responsabilité de diriger les tirs de l’équipe, si tirs il devait y avoir. Ouvrant son propre canal radio pour contacter à la fois Mac et Aeryn, Abigail s’empressa de rattraper son erreur :
« De Abi, un énorme oubli de ma part en effet. On reste vigilants, sécurités enclenchées, on n’engage que les cibles aux intentions hostiles. Comme on est sous giron civil, tirs de légitime défense uniquement, je tiens pas forcément à ce qu’on se colle des problèmes légaux par-dessus le marché. Si possible, tir non létal, pour interrogatoire éventuel. Mais si vous jugez votre vie menacée, tir mortel autorisé. »

La scientifique n’avait jamais mis les pieds en Afrique, alors qu’elle scrutait la route, son MP7 entre les mains. Elle se demanda aussi si fêter son anniversaire en mission était un signe de bon ou mauvais augure : la date de départ et la durée de mission faisait qu’elle reviendrait aux USA avec un an de plus. Tout en continuant d’observer le terrain à la recherche d’une éventuelle menace, elle en profita pour regarder le soleil décliner sur l’horizon. Aucun doute, en dépit de la chaleur torride, un paysage splendide, surtout avec les effets de soleil couchant… Et comme le soleil passait lentement la ligne d’horizon, une structure émergea de la brousse. Abigail se détendit imperceptiblement, car ils étaient arrivés sans encombre, avant de se retendre à nouveau. « Cette fois on y est, pensa l’Américaine. Pas question de baisser la garde et se déconcentrer maintenant… »

Une installation qui à première vue semblait de bonne taille, gros bloc de béton gris d’un seul étage fendu de petites fenêtres étroites comparables soit à des meurtrières soit des hublots de navire. Mais en approchant, elle se rendit compte que cette installation massive n’avait globalement que la taille d’un hangar de petite taille. « Probablement une installation semi-enterrée… » pensa la scientifique alors que les camions passaient par une double porte ouverte et s’arrêtaient les uns derrière les autres. La scientifique suivit le mouvement des soldats kenyans et descendit à son tour du camion avec ses coéquipiers. Sur un côté, ce qui ressemblait à un bureau administratif, de l’autre, un camion capot ouvert, manifestement en panne. « Si Aeryn s’ennuie, elle aura de quoi s’amuser un peu si elle veut le réparer, pensa Abigail avec un léger sourire. Elle savait à quel point l’Irlandaise s’y entendait en mécanique. Mais bon, je pense qu’on sera largement assez occupés avec notre mission » acheva-t-elle de penser en redevenant sérieuse.

Et au fond, une lourde porte métallique, sans doute blindée, fermée par un volant de verrouillage. Sans doute l’entrée du fameux laboratoire qu’ils allaient investir et analyser.

Mac les réunit Aeryn et elle pour un rapide point sécurité. Dans toute la splendeur de l’instructeur qu’il était, il fut bref et concis : signaler au soldat le plus proche le moindre fait inhabituel, ne pas s’éloigner seul sans escorte, ne pas se séparer de son arme et pas de couvre-feu. Abigail acquiesça à ces consignes (elle n’avait pas l’intention de lâcher son MP7 et son Glock, de toute manière…), avant de reprendre la parole à sa suite. Elle devait décider si ils entraient dès maintenant ou prenaient le temps d’établir un campement et de commencer leurs investigations le lendemain.
« On a eu un long voyage, et on sera moins efficaces si on est fatigués. On va donc commencer par établir un campement par ici et prendre un peu de repos. On commencera à y aller demain matin, comme ça on aura la journée entière pour bosser. » Elle jeta un regard autour d’elle, avant d’ajouter : « Avec les soldats kenyans avec nous, je pense qu’il ne sera pas nécessaire pour nous d’organiser des tours de garde. Si l’un de vous entendez toutefois quelque chose de louche, qu’il n’hésite pas à réveiller les autres. On dort pas loin les uns des autres, et on garde une arme à portée de main en dormant. On entre dans le labo demain à 8h avec un groupe de soldats, on fait une première fouille avec nos armes, puis on commence les prélèvements et analyses. Des questions ? »

Comme à chaque fois, Abigail espérait ne rien oublier, tout en gardant un mauvais pressentiment sur ce qu’ils allaient bien pouvoir trouver là-dedans…
Abigail LorensonDocteuravatarMessages : 131
Date d'inscription : 26/12/2011

Dogtag
Âge: 31 ans
Accréditations: auncune
Domaine de compétences: Biologie, Chimie, Géologie, Balistique, Appat/Diversion
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[En cours, privé] Opération Hot Spot (11041301)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Initiative :: Forum RP :: Afrique-
Sauter vers: